Panchen Lama

Gendun Choekyi Nyima

le Panchen Lama

Liberté pour le plus jeune prisonnier politique du monde
Le 14 mai 1995, le Dalaï-lama reconnaît officiellement Gendun Choekyi Nyima, âgé de 6 ans, comme étant la 11ème réincarnation du Panchen-lama. Cette reconnaissance fait de lui la plus haute autorité religieuse après le Dalaï-lama dans le bouddhisme tibétain et donc le symbole vivant de la survivance de la tradition tibétaine sur son propre territoire.
Fin mai 1995, Gendun Choekyi Nyima est enlevé avec ses parents par les autorités chinoises. A la fin de cette même année, Pékin intronise, au terme d’un simulacre de tirage au sort dans une urne d’or, un autre enfant du même âge et du même village. Il s’agit de Gyaltsen Norbu, fils de Tibétains membres du parti communiste chinois. Les autorités cherchent alors à l’imposer comme chef spirituel aux Tibétains. Il devient ainsi le deuxième enfant «otage» de Pékin.
En kidnappant le Panchen-lama nommé par le Dalaï-Lama, les autorités chinoises n’hésitent pas à s’attaquer aux droits de l’enfant. Aujourd’hui, on est toujours sans nouvelles de Gendun Choekyi Nyima, on ne connaît ni son lieu de résidence ni ses conditions de détention. Cet enfant aura 15 ans le 25 avril 2004.
Afin d'obtenir l'envoi d'une délégation d'observateurs indépendants pour qu’ils rendent visite à Gendun, une pétition adressée au Président de la République Française circule depuis 5 ans.
50 000 signatures avaient déjà été recueillies et transmises à l’Elysée le 16 octobre 2000. Depuis, nous avons tenté à deux reprises de remettre les pétitions à la date symbolique du 25 avril (date d'anniversaire du panchen lama). Ces deux initiatives ont dû être abandonnées en raison du paysage médiatique défavorable, la première fois en 2002 lors du premier tour des présidentielles et en 2003 avec la guerre en Irak…
Partant du postulat qu'il est impossible pour nous, en tant qu'association, de rencontrer M. Chirac, nous avons décidé de remettre ces pétitions au groupe Tibet à l'Assemblée Nationale, en présence de personnalités et des médias. Le groupe Tibet sera ainsi le relais entre les citoyens signataires de la pétition (120 000 signatures en avril 2004) et le Président de la République.

Remise des pétitions PANCHEN LAMA à l'Assemblée Nationale le 14 avril 2004

REPONSE DE MONSIEUR BILI, (conseiller Technique de Jacques Chirac aux Affaires Etrangères - cellule diplomatique de l’Elysée), à la lettre de Monsieur LUCA à l’Elysée, accompagnant la remise des pétitions pour la libération du Panchen Lama

Cette campagne est toujours d’actualité !

Pour imprimer la pétition au format PDF cliquez : ici !
ou disponible par courrier : Solidarité Tibet, Maison des associations - bureau B45 - 17 rue Roland Garros - 41000 BLOIS.

Le Dalaï-Lama est la première autorité tibétaine, tant religieuse que politique. Le Panchen Lama et le Karmapa sont respectivement les deuxième et troisième autorités, uniquement religieuses.
Le Panchen Lama tient entre ses mains l’avenir de tout un peuple, il est en effet chargé de rechercher le successeur du Dalaï-Lama quand celui ci vient à mourir. Les Tibétains ont usage de dire que le Dalaï-Lama et le Panchen Lama sont "inséparables comme le soleil et la lune".

Le Karmapa s'est évadé du Tibet le 28 décembre 1999 pour rejoindre le Dalaï-Lama dans son exil en Inde.

Source : Solidaritée Tibet